Entrepreneurs Tout sur : EntrepreneursContactOffres d'emploi
Professions libérales Tout sur : Professions libéralesContactOffres d'emploi

Tensions entre la Russie et l’Ukraine

La Russie et l’Ukraine ont fait monter la pression ces dernières semaines. Le président russe Vladimir Poutine a déclenché les hostilités et envahi l’Ukraine. Comment le conflit va-t-il évoluer ? Il est difficile d’apporter une réponse claire à cette question. Et il est également difficile d’évaluer l’impact effectif de ce conflit sur les marchés financiers.

L’année 2022 a débuté dans l’incertitude et une certaine nervosité sur les plans économique et financier. Lors de son allocution au Forum économique mondial en janvier dernier, Kristalina Georgieva, la Présidente du Fonds Monétaire International (FMI), a réaffirmé sa confiance dans la poursuite de la reprise économique. Mais elle a également mis plusieurs obstacles en évidence : une inflation plus persistante que prévu et un resserrement monétaire inévitable alors que la crise sanitaire se prolonge et perturbe les chaînes d’approvisionnement. À cette liste d’incertitudes, nous pouvons à présent ajouter le conflit entre la Russie et l’Ukraine.

La poussée de l’inflation se poursuit

Nous n’avons pas encore une vision claire de la situation en Ukraine. En revanche, nous avons une vision claire de la poursuite de l’inflation. Celle-ci continue de susciter des émotions. Aux États-Unis et en Europe, elle atteint respectivement 7,5 % et 5,1 %. En Asie du Sud-Est, elle reste mesurée.

Christine Lagarde, Présidente de la Banque centrale européenne (BCE), la considère comme un « passing hump », une poussée temporaire. L’inflation est-elle vraiment provisoire?

Elle résulte d’abord et essentiellement de la hausse des prix de l’énergie. À cela s’ajoute le contexte des relations difficiles entre l’Europe et la Russie (le principal fournisseur de gaz et de pétrole en Europe), qui contribue aussi à la hausse des prix. L'envolée de plus de 240 % du prix du gaz européen depuis un an en est la conséquence. Le sous-investissement résultant de la transition énergétique (passage des énergies brunes aux énergies renouvelables) fait également grimper les prix.

Comment la situation va-t-elle évoluer dans les mois à venir ? La hausse des prix de l'énergie devrait se normaliser au cours de l'année 2022, tout comme les perturbations des chaînes d'approvisionnement, autre facteur clé de la flambée d’inflation. Plus préoccupante est la pression à la hausse sur les salaires, qui pourrait déclencher une spirale inflationniste. La main-d’œuvre est très rare, surtout dans les pays anglo-saxons. Les augmentations des salaires sont estimées à 4,7 % aux États-Unis et à 2,8 % en Europe. Le risque est que ceci engendre une augmentation plus générale et durable des prix.

Que retient-on du passé ?

Les marchés boursiers ont déjà eu beaucoup à digérer en 2022. La persistance d’une inflation élevée, la menace d’un conflit armé en Ukraine, la fin de la période de « perfusion monétaire » par les banques centrales américaine et européenne... Ce sont autant de chocs désagréables pour les marchés amateurs de stabilité et de prévisibilité.

Il est donc tout à fait humain de laisser les émotions influencer votre comportement d'investissement en ces temps incertains. Face à des circonstances complexes, notre aversion au risque et aux pertes augmente naturellement. Et pourtant, l’émotion n’est jamais bonne conseillère.

Un retour en arrière en fournit la meilleure preuve. L’histoire nous enseigne en effet que l’impact des troubles et des conflits géopolitiques est généralement profond mais bref. Jusqu'à présent, les marchés boursiers se sont toujours remis des crises. De fait, 6 des 10 meilleures journées sur les marchés ont eu lieu dans la semaine suivant les 10 plus mauvaises journées.

« Stick to the plan » et ne ratez pas la reprise

Sortir du marché, c'est la meilleure façon de passer à côté d’un rendement. Si vous sortez dans un élan de panique, vous risquez de manquer une grande partie de la reprise qui suit généralement une correction à la baisse.

Si votre portefeuille de placement est bien diversifié et équilibré, vous pourrez rester confiant en cas de fluctuations. Les corrections temporaires sur les marchés boursiers «  boostent » le rendement final des plans d’investissement, car le prix d’achat moyen se trouve ainsi réduit.

L’investissement en actions procure toujours un rendement réel positif. L’idéal est d’avoir un portefeuille largement diversifié dans des valeurs solides, avec des résultats prévisibles.

Un portefeuille de placement diversifié? Notre conseil reste le même: « stick to the plan ». Ne changez pas de stratégie.

Nos gestionnaires de portefeuille chez Delen Private Bank suivent évidemment la situation de près. Ils restent particulièrement attentifs aux données d’inflation et à la réaction des autorités monétaires, dont l’évolution pourrait surprendre et impacter négativement les perspectives économiques, de même que les évolutions géopolitiques.

Cet article a été rédigé en collaboration avec notre banque sœur Delen Private Bank.


Barbara Claeys
Barbara Claeys

Blog

L’association facilite la passation de pouvoir au niveau de mes clients.

Au fil des années, j'ai noué une relation de confiance avec mes clients. Je tiens à ce qu’ils soient entre de bonnes mains après mon départ. Notre association le permet.

La dimension psychologique de l’inflation

Inflatie speelt zich niet alleen af in onze portemonnee, maar zou ons ook tussen de oren lastigvallen.

« Nos projets se concrétisant, nous avons apprécié d’être accompagnés par Van Breda Advisory. »

Début 2021, la famille Verhelst a entrepris les premières démarches afin de transférer EGALO au sein de la famille.

Lees meer updates