Entrepreneurs Tout sur : EntrepreneursContactOffres d'emploi
Professions libérales Tout sur : Professions libéralesContactOffres d'emploi

Je ferai en sorte d’être souvent parmi les visiteurs pour pouvoir voir leur réaction. J’espère lire surtout de l’émerveillement sur leurs visages.

Carmen Willems
  • Directrice générale du Musée Royal des Beaux-Arts d’Anvers (KMSKA)

Onze années de travail acharné ont été consacrées à la réouverture du Musée Royal des Beaux-Arts d’Anvers (KMSKA) au grand public. Une longue période de rénovation et de création d’espace d’exposition supplémentaire s’achèvera sur une note festive le 25 septembre 2022 prochain. Un grand jour pour tous les amateurs de chefs-d’œuvre anciens et d’art moderne. La directrice générale Carmen Willems et son équipe se réjouissent également de la réouverture. Être le plus beau musée d’Europe, voilà leur ambition. Et ils sont sur la bonne voie pour le devenir, c’est aussi ma conclusion après un tour d’horizon complet.

Les salles sont terminées, il ne me reste plus qu’à me les imaginer avec les œuvres d’art. Cela dit, j’ai déjà l’impression que ce magnifique édifice va émerveiller de nombreux visiteurs. C’est surtout le mélange d’ancien et de nouveau qui est particulièrement surprenant et d’une beauté à couper le souffle. Toutes ces années de patience seront amplement récompensées. Dans très peu de temps, notre pays comptera un nouveau joyau muséal. Je fais pour la première fois la rencontre de la directrice générale du musée. Carmen Willems n’en est pas à son coup d’essai. Elle a été directrice du Musée gallo-romain de Tongres pendant 21 ans. Susciter l’intérêt auprès d’un large public pour l’archéologie ne fut pas une mince affaire. Mais elle a malgré tout réussi à remettre le musée sur la carte. Avec, en 2011, comme cerise sur le gâteau, le prestigieux « Prix du musée européen de l’année ». Et cela n’est évidemment pas passé inaperçu dans le secteur des musées. En 2017, elle devient directrice commerciale du KMSKA. Trois ans plus tard, le Conseil d’administration lui demande de devenir directrice générale. Pas mal pour quelqu’un qui était initialement considéré comme une étrangère dans le monde des musées.

Carmen Willems : « Je suis économiste de formation, un profil atypique dans le secteur des musées. De plus, j’étais encore très jeune lorsque j’ai commencé au musée de Tongres. Il est logique que les autres directeurs de musée aient été surpris lorsque je suis apparue soudainement comme la nouvelle directrice. Ils s’attendaient à une archéologue ou une historienne de l’art expérimentée. Et pourtant, en tant qu’outsider, je suis resté coincé dans le monde des musées. Avec toutes les conséquences que cela comporte. Avec mon équipe, j’ai insufflé une nouvelle vie au musée. Et peu à peu, l’appréciation des collègues a grandi. »

Il n’a pas été facile de maintenir la motivation de l’équipe sans date d’ouverture précise.

Carmen Willems

Vous êtes la directrice du KMSKA depuis cinq ans maintenant et vous n’avez toujours pas vu un seul visiteur. Qu’est-ce que ça fait ?

Carmen Willems : « Quand j’ai commencé, je ne savais pas quand le musée allait ouvrir. Même aux partenaires qui souhaitaient participer à ce projet gigantesque, je n’ai pas pu donner une date d’ouverture précise. Cela rend évidemment difficile toute négociation autour d’un parrainage. Les partenaires veulent en avoir pour leur argent. Et pourtant, j’ai réussi à obtenir quelques beaux partenariats. Cela a également été difficile pour l’équipe. Il n’a pas été facile de les garder motivés et de les préparer à une réouverture aussi grandiose sans une date précise en tête. Eux aussi ont d’abord reçu la nouvelle que le musée ouvrirait en 2014. Puis c’est devenu 2016. Puis 2017 et 2019. La date n’a cessé d’être repoussée. Et cela a également exigé une énorme flexibilité de leur part. À chaque fois, il a fallu retrouver la motivation. »

Que s’est-il passé au cours des onze dernières années ?

Carmen Willems : « Nous ne sommes pas restés inactifs. Nous avons fait en sorte que notre collection fasse le tour du monde. Nous avons présenté nos œuvres dans notre pays et à l’étranger par le biais de prêts et de nos propres expositions. Nous disposons de 4 000 œuvres d’art qui nous ont permis d’atteindre six millions de visiteurs. Le musée était peut-être fermé au public, mais les œuvres d’art du KMSKA ne sont pas restées sous scellés. En plus de cela, nous avons mis sur pied notre propre atelier de restauration. 200 œuvres ont été restaurées avec l’expertise nécessaire. Et, bien sûr, nous avons mis le paquet pour préparer la présentation de la nouvelle collection avec notre équipe. Beaucoup de travail a été accompli ces dernières années. Et maintenant, nous sommes dans les derniers mois de “gestation”, pour ainsi dire. Un moment attendu avec tant d’impatience pendant si longtemps, qui se rapproche soudainement de plus en plus vite. Excitant. »

Il n’y a pas que la collection. Le bâtiment lui-même a également subi une métamorphose. Que pouvons-nous attendre de ce côté-là ?

Carmen Willems : « Avant que nous n’entamions les travaux, le bâtiment était en mauvais état. Tout à fait logique après 120 ans. La rénovation était une nécessité. En outre, un besoin d’expansion s’est fait sentir en raison d’un manque d’espace. L’architecte Dikkie Scipio de KAAN Architects a été chargée de cette tâche. Elle a créé 40 % d’espace d’exposition supplémentaire. Non pas en ajoutant des ailes supplémentaires au bâtiment, mais en transformant les quatre patios ou cours intérieures du bâtiment existant en un volume comprenant dix nouvelles salles. L’intérieur du musée a été modernisé au sein de la structure du bâtiment datant du XIXe siècle. Dikkie Scipio a ainsi pu faire le lien de manière homogène entre ce qui est ancien et ce qui est nouveau. Ce concept original vous entraîne, en tant que visiteur, dans un voyage plein de rebondissements à travers deux mondes. Dans les salles historiques, vous pourrez voir des œuvres d’art réalisées avant 1880, tandis que dans la partie moderne, vous pourrez admirer James Ensor et des œuvres réalisées après 1880.

Le temps a également ravagé l’extérieur du musée. Les façades se sont assombries d’un gris terne. Après une restauration méticuleuse, les façades ont retrouvé les nuances de rose, d’orange, de gris et de bleu qu’elles avaient à l’origine. En haut du grand escalier d’entrée, la plus grande mosaïque d’art de Belgique a été posée. La mosaïque a été conçue par l’artiste Marie Zolamian. L’atelier de mosaïque Mosaico di Due a créé un puzzle de 76 m² composé de 600 000 pierres. »

Plus d’espace d’exposition signifie donc aussi plus de possibilités ?

Carmen Willems : « Absolument. Cela nous donne en effet à l’avenir la possibilité d’expérimenter beaucoup plus que nous ne l’avons jamais fait auparavant. Par exemple, notre collection permanente ne sera plus aussi figée. Ce bâtiment nous invite à travailler avec la mobilité des collections. Dans la section moderne, il y a certainement de la place pour cela. C’est donc ce que nous allons faire. »

Dans tous les cas, cela donnera au visiteur une raison de revenir.

Carmen Willems : « C’est d’ailleurs notre intention. Les visiteurs peuvent revenir, voir et découvrir de nouvelles choses à chaque fois. Un musée comme le KMSKA incite les visiteurs à revenir. Vous ne pourrez jamais voir l’ensemble du musée en une seule visite. Très bien si les amateurs d’art veulent aller en profondeur et donc revenir plusieurs fois. Mais vous avez aussi des gens qui souffrent du syndrome FOMO (de l’anglais : fear of missing out). Ils ont peur de passer à côté de leur première (et peut-être unique) visite. Nous voulons prendre ces personnes par la main et leur offrir une visite guidée qui leur permettra de se promener dans le musée et de découvrir 25 de nos chefs-d’œuvre absolus. Pour les personnes qui ne peuvent s’y rendre qu’une seule fois parce qu’elles habitent trop loin, cela donnera quand même un sentiment d’accomplissement. Mais nous voulons aussi encourager les gens à se perdre dans le musée de temps en temps. Se concentrer sur une seule salle lors de chaque visite, c’est aussi possible. »

Ce qui vous touche, vous l’emportez avec vous. C’est sur cela que nous voulons nous concentrer. Dans tout ce que nous faisons, nous voulons susciter une émotion positive qui ne laisse pas les gens insensibles.

Qu’est-ce qui distinguera le KMSKA de beaucoup d’autres musées en Europe ?

Carmen Willems : « Nous nous concentrons beaucoup sur l’expérience lors de la visite. L’expérience dans un sens très large. Regarder et apprécier une certaine œuvre d’art à distance, c’est bien sûr possible. Mais nous allons plus loin que cela. Nous voulons nous distinguer par l’émerveillement, l’enrichissement et la connexion. Découvrir de nouvelles choses et être tellement émerveillé qu’on a envie de les partager avec les autres. Nous voulons connecter les gens de cette manière. Après la visite, mais aussi sur place, dans le musée. Et nous voulons enrichir les gens. Si, en tant que musée, vous n’avez pas pour mission d’apporter quelque chose aux gens, alors, je me demande sincèrement si vous pouvez encore vous appeler un musée. Et je ne parle pas de vouloir transmettre purement et simplement des faits. Pour moi, l’enrichissement signifie mieux comprendre la société d’aujourd’hui grâce aux histoires racontées dans notre musée. S’enrichir à travers toute cette beauté et cette laideur, à travers le bonheur et la tristesse. Il y a tellement de couches émotionnelles dans une œuvre d’art. Ce que vous ressentez, vous l’emportez aussi avec vous. Nous voulons nous concentrer sur cela. Ce n’est pas pour rien que notre devise est “le Sentiment Gracieux” et le slogan de notre campagne : “Ici, nous partageons de la grâce”. Dans tout ce que nous organisons, faisons ou diffusons, ce sentiment gracieux transparaît : une émotion positive qui touche les gens. »

Faire vivre un musée de ce calibre nécessite des ressources. Les entrepreneurs peuvent aussi jouer un rôle dans ce domaine. Quelle est l’importance de ces entrepreneurs pour le KMSKA ?

Carmen Willems : « Il est important pour un musée d’établir un lien avec l’ensemble de la société. Nous voulons toucher un large public, dont les entrepreneurs constituent un groupe cible important. Je suis convaincue que l’art peut contribuer au bien-être mental d’un entrepreneur. Mais plus encore, les entrepreneurs trouveront également dans notre musée un excellent forum pour organiser des activités pour leur entreprise, leurs partenaires et leurs clients. C’est un excellent endroit pour venir admirer les chefs-d’œuvre de nos maîtres flamands en compagnie de leurs relations de haut niveau, y compris leurs partenaires internationaux. Nous offrons également des possibilités de réseautage ici. Nous mettons un certain nombre de salles à disposition à cet effet. C’est une valeur ajoutée pour les entrepreneurs eux-mêmes, mais aussi pour nous. Nous sommes entièrement autonomes en ce qui concerne nos activités publiques. D’où viennent les moyens ? La vente de billets, bien sûr. Mais nos partenariats avec les entreprises jouent également un rôle important à cet égard. Et il ne s’agit pas uniquement du montant des parrainages. Nous voulons vraiment développer ces partenariats avec les entreprises en question, en fonction de ce qu’elles trouvent intéressant. Cela nous permet notamment d’impliquer le plus grand nombre de personnes possible au sein du réseau de l’entrepreneur dans la vie artistique du musée. Avant tout, nous voulons établir des relations durables avec ces entreprises. Comme avec la Banque Van Breda, qui nous soutiendra pendant les trois prochaines années. Nous remarquons vraiment que non seulement le public, mais aussi le monde des affaires croit au potentiel du KMSKA. Les entrepreneurs semblent très sensibles à notre ambition de positionner le musée au niveau international. Ils se rendent compte que nous avons besoin d’aide pour y parvenir. »

Quelle est votre ambition ultime en tant que directrice du musée ?

Carmen Willems : « Je ne serai vraiment satisfaite que lorsque je constaterai que nos visiteurs sont le reflet des personnes que nous voyons marcher dans la rue. En tant que musée, vous devez au moins vous efforcer de poursuivre cet objectif, je pense. Cela signifie-t-il que nous oublions le visiteur traditionnel ? Détrompez-vous. Ici aussi, il s’agit surtout de trouver le bon équilibre. J’espère aussi lire de l’émerveillement sur le visage des visiteurs. Je serai souvent parmi les visiteurs pour voir comment ils réagissent. Si l’évaluation de ce qu’ils voient et ressentent est également positive, alors nous aurons réussi notre mission et je pourrai dormir un peu plus paisiblement. »

Barbara Claeys
Barbara Claeys

Blog

L’association facilite la passation de pouvoir au niveau de mes clients.

Au fil des années, j'ai noué une relation de confiance avec mes clients. Je tiens à ce qu’ils soient entre de bonnes mains après mon départ. Notre association le permet.

La dimension psychologique de l’inflation

Inflatie speelt zich niet alleen af in onze portemonnee, maar zou ons ook tussen de oren lastigvallen.

« Nos projets se concrétisant, nous avons apprécié d’être accompagnés par Van Breda Advisory. »

Début 2021, la famille Verhelst a entrepris les premières démarches afin de transférer EGALO au sein de la famille.

Lees meer updates