Entrepreneurs Tout sur : EntrepreneursContactOffres d'emploi
Professions libérales Tout sur : Professions libéralesContactOffres d'emploi

Laurent Verhelst : « EGALO a été créée en 1965. À ses débuts, c’était une entreprise de peinture. Les premières pierres ont été posées par le fondateur Frans Bourgeois et ses trois fils. À l’époque, mes parents détenaient un bureau d’experts-comptables et géraient la comptabilité et l’administration de l’entreprise. J'ai, pour ma part, été actif dans le secteur de l’audit pendant quelques années, avant de sauter le pas en tant qu’indépendant. J'ai pris quelques PME, dont EGALO, sous mon aile pour le volet administratif. C’est surtout ma soif d’indépendance qui m’a poussé à passer le cap. J'ai grandi dans une famille qui ne manquait jamais une occasion de me rappeler que travailler pour soi était source de grande satisfaction. Poursuivre l'œuvre de vie de mes parents a également pesé dans la balance. Je ne pouvais pas laisser disparaître leur héritage du jour au lendemain. J'ai donc décidé de relever le défi pour continuer à le développer.

Au fil des années, mon intérêt pour l’entreprise n’a cessé de grandir. Puisqu’une transmission au sein de la famille Bourgeois n’était pas possible, j'ai repris, après de longues négociations, 33 % de leurs parts. Une participation qui a crû de façon systématique. Jusqu’à ce que je reprenne complètement l’entreprise en 2009 et que j’en devienne l’actionnaire principal. Aujourd’hui, EGALO compte plus de 50 collaborateurs et garantit des finitions de haute qualité et un suivi de chantier rigoureux. »

Rêver de créer sa propre société

Laurent Verhelst : « Ma femme et moi avons trois fils fantastiques : Alexander, Frederik et Brecht. Pendant leurs études, nous leur avons donné l’opportunité de travailler chez EGALO en échange d’un peu d'argent de poche. Chaque été, ils rejoignaient une équipe d’ouvriers sur l’un de nos chantiers. Nous avons très vite remarqué le grand intérêt d’Alexander pour le métier. Début 2018, il a échangé sa carrière de consultant pour une fonction opérationnelle chez EGALO. À son initiative, nous avons élargi notre offre de produits et vendons maintenant du parquet, des sols coulés, de la céramique et des pierres naturelles.

Alexander Verhelst : « J'ai, moi aussi, eu la chance d’avoir des parents travailleurs et entrepreneurs. Enfant, je rêvais déjà de créer ma propre société. J'ai travaillé en tant que consultant financier pendant trois ans. Mais ma passion était ailleurs, je le sentais. Me reconvertir et intégrer EGALO était la suite logique de ma carrière. »

Les mêmes chances pour chaque enfant

Laurent Verhelst : « En tant que parents, nous voulions offrir les mêmes chances à chacun de nos enfants. L’arrivée d’un enfant dans une des entreprises ne devait pas signifier l’exclusion des deux autres. C’est aussi le message que nous avons transmis à Alexander lorsqu’il pensait à intégrer EGALO. La transparence est importante, y compris en ce qui concerne l'aspect financier des choses. Elle est source de paix et de solidarité entre les enfants. Mais entre-temps, Frederik et Brecht avaient déjà construit leur carrière ailleurs et n’envisageaient pas de rejoindre Alexander au sein d’EGALO.

Alexander s’est rapidement montré ambitieux et dévoué, ce qui a engendré une forte croissance du chiffre d’affaires et des résultats. Il ne nous aurait pas paru juste que toute la famille récolte les fruits du travail d’Alexander au moment d’une éventuelle transmission. Nous avons donc établi un arrangement financier pour qu’une partie du résultat de ses efforts soit déduite du montant de la transmission. »

Une aide extérieure et objective

Laurent Verhelst : « Au début de l’année 2021, le moment nous semblait opportun pour enclencher la transmission familiale d’EGALO. Nos trois fils travaillaient depuis suffisamment longtemps pour nous aider à donner forme à ce processus en toute connaissance de cause. Par ailleurs, nous nous sommes rendu compte qu’une aide extérieure et objective serait la bienvenue.

En 2015, j'avais déjà eu un premier contact avec Filip, un Account Manager de la Banque Van Breda. Il souhaitait passer me voir avec un collègue pour parler de mon avenir financier et de celui de l’entreprise. Une discussion intéressante. Je n’étais à l'époque pas encore client et je ne le suis pas devenu à ce moment-là. Mais j'ai cherché à le recontacter lorsque les plans de la transmission familiale se sont concrétisés. Je lui ai demandé s'il était prêt à reprendre là où nous nous étions arrêtés. Nous avons fixé un rendez-vous. J'ai rencontré Filip et un expert de Van Breda Advisory. L’entente a été immédiate. »

Alexander Verhelst : « Van Breda Advisory nous a proposé un trajet clair et détaillé. Tout a commencé par des discussions individuelles. Avec mon père, ma mère, mes deux frères et moi-même. Nous avons exposé ouvertement notre vision de l’avenir d’EGALO et de sa transmission éventuelle. Parler avec un interlocuteur expérimenté, objectif et extérieur à l’entreprise nous a fait le plus grand bien. Aucun sujet n’était tabou. Chaque ressentiment était abordé. Et oui, je dois avouer que j’étais un peu mal à l’aise au début. Comme si un étranger pénétrait dans notre famille. Mais cette gêne s’est rapidement transformée en confiance. J'ai pris conscience que nous œuvrions tous pour un même objectif. »

Laurent Verhelst : « Après ces discussions, nous avons reçu un rapport détaillé. En tant que parents, nous avons eu l’exclusivité de le parcourir et d’en discuter avec les experts de Van Breda Advisory. Quel soulagement lorsque nous avons découvert que le contenu de ces discussions correspondait totalement à nos attentes. Nous avons également été attendris d’apprendre que nos enfants se préoccupaient avant tout de notre bonheur et de notre avenir.

Ce rapport a ensuite été exposé et discuté lors d'une réunion de famille. Ensuite, nous avons entrepris les démarches pour faire estimer la valeur de l’entreprise. Là aussi, nous avons bénéficié du soutien des experts de Van Breda Advisory. Le rapport de valorisation nous a d'abord été présenté, puis à Alexander et, ensuite, au reste de la famille. Toujours avec le temps nécessaire pour des questions et des commentaires.

À l’issue d'un trajet d'un an, tout était prêt : nous disposions d’un montant, d’un accord d’achat et de vente et nous étions en mesure d'établir un contrat de transmission. Le processus financier a également été mis en route. Et ce, avec les experts de Van Breda Advisory à nos côtés. Leur préparation approfondie et leur approche du dossier nous ont énormément rassurés. Nous savions tous que l’entreprise atterrirait entre de bonnes mains et qu’un bel avenir l’attendait. »

Un avenir prometteur

Laurent Verhelst : « J'ai aujourd’hui 59 ans et je me sens encore trop jeune pour arrêter de travailler. Mon objectif est de transmettre une partie de mes tâches à la nouvelle génération. Le transfert de mes connaissances, la création d'un nouvel éventail de tâches et la répartition finale des fonctions sont encore en plein développement. Je reste présent et souhaite surtout me tenir disponible pour Alexander.

Alexander Verhelst : « Je suis confiant par rapport à l’avenir. Nous continuons à travailler dur pour maintenir la croissance de ces dernières années. Nous sommes convaincus qu'il y aura toujours une place sur le marché pour une entreprise comme EGALO, en raison de sa spécialisation approfondie dans les revêtements de murs et de sols, combinée au savoir-faire, aux connaissances et à l’expérience de nos collaborateurs. Ma priorité absolue est de créer un environnement de travail agréable pour que chaque employé se rende au travail avec enthousiasme et entrain. »

Barbara Claeys
Barbara Claeys

Blog

L’association facilite la passation de pouvoir au niveau de mes clients.

Au fil des années, j'ai noué une relation de confiance avec mes clients. Je tiens à ce qu’ils soient entre de bonnes mains après mon départ. Notre association le permet.

La dimension psychologique de l’inflation

Inflatie speelt zich niet alleen af in onze portemonnee, maar zou ons ook tussen de oren lastigvallen.

« Je suis trop jeune pour vendre mon entreprise. Mais ce jour viendra tôt ou tard. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi de faire valoriser l’entreprise maintenant. »

Il y a six ans, Nik Spruyt (47 ans) a repris l’exploitation horticole de son père. Il a fait grandir l’entreprise avec passion et dévouement au cours des dernières années.

Lees meer updates