Entrepreneurs Tout sur : Entrepreneurs ContactOffres d'emploi
Professions libérales Tout sur : Professions libéralesContactOffres d'emploi

« C’est important de bien s’entourer pour une transmission familiale »

Jean-Philippe Moyses
  • CEO de La Gaillarde
  • En cohabitation légale
  • Un enfant (2 ans)
  • Habite à Ciney
  • Client de la Banque Van Breda depuis 2021

Jean-Philippe Moyses « Mes parents ont toujours été indépendants. Mon père avait depuis longtemps l’ambition de partir vivre au Canada et il s’est lancé dans le commerce, avec ma mère, pour réaliser ce projet. Ils ne comptaient pas leurs heures. À une certaine période, ils géraient trois magasins en même temps, qu’ils ont ensuite réussi à vendre à bon prix, avant de partir pour le Canada. Ils sont revenus en Belgique environ dix ans plus tard. C’est à ce moment-là, l’année de mes 15 ans, qu’ils ont ouvert La Gaillarde, un commerce de fruits et légumes de détail à Ciney.

J’ai commencé à y travailler en tant qu’étudiant puis, après les études, à temps plein. À cette époque, mes parents et moi commencions à trouver le magasin un peu trop étroit, surtout les jours d’affluence. Comme j’avais définitivement rejoint l’entreprise familiale, nous avons cherché ensemble un emplacement ailleurs. Nous sommes tombés sur ce grand local un peu en dehors de Ciney, que nous occupons toujours actuellement.

Ma sœur nous a rejoint à ce moment-là et nous a beaucoup aidé à faire grandir l’entreprise, même si elle ne comptait pas y rester sur le long terme. Quand le magasin a atteint un certain niveau financier, nous avons pu nous permettre d’engager un grossiste de Charleroi qui faisait les achats de nuit, ce qui a permis de soulager mon père de cet aspect complexe du travail. Avec la pandémie, notre chiffre d’affaires a vraiment explosé, comme beaucoup de commerces de détail dans l’alimentation. Nous connaissons une progression constante depuis lors. Nous sommes maintenant six employés, dont ma compagne, avec une personne à mi-temps et des étudiants le week-end. En 2021, j’ai repris la gestion de l’entreprise, à la suite de mon père. »

Être son propre patron

« C’est très agréable d’être son propre patron, de pouvoir être maître de ses propres décisions. J’ai toujours vu mes parents être indépendants. Mon père me disait qu’il ne pourrait pas travailler pour quelqu’un d’autre et, maintenant que je suis dans la même fonction, je comprends d’autant plus sa logique. Il y a tout de même quelques inconvénients à ce statut : c’est un challenge d’avoir sa propre entreprise. Il faut continuellement se battre pour avoir de bons résultats, une bonne gestion.

Mais en règle générale, l’ambiance est bonne, l’équipe étant principalement jeune, et c’est quand même appréciable de travailler dans ces conditions. Beaucoup de personnes doivent faire un métier qu’elles n’aiment pas. Ce n’est pas mon cas. Je peux suivre des projets au quotidien, voir l’évolution de nos décisions. Même si je travaille tous les jours au même endroit et que ce sont des fruits et légumes, c’est loin d’être un secteur monotone. Nous testons de nouvelles approches, décidons de la manière dont nous pouvons améliorer le magasin et le rendre plus attrayant, plus accessible, plus moderne. Il faut savoir toucher à tout, que ce soit au niveau du management ou de la gestion des réseaux sociaux par exemple. »

Une transmission officialisée

« Je pense avoir toujours su que je reprendrais un jour la gestion de l’entreprise familiale. Le processus de transmission s’est fait petit à petit. Comme mes parents partaient de plus en plus souvent en vacances, il fallait que j’aie accès aux comptes et que je puisse signer des documents officiels pendant leur absence. J’ai racheté 20% des parts à ce moment-là. Par la suite, pour éviter d’éventuels problèmes avec d’autres membres de la famille, nous avons concrétisé la transmission grâce à des démarches plus officielles avec des professionnels.

C’est la raison pour laquelle nous avons fait appel à la Banque Van Breda et à Van Breda Advisory. Lors du premier rendez-vous, nous avons tout de suite eu un bon feeling. Ce qui s’est confirmé tout au long du processus de transmission. Mon account manager et l’expert de Van Breda Advisory étaient toujours disponibles si nous avions des questions. C’est la seule banque avec laquelle nous avons pu avoir des discussions aussi poussées.

Au quotidien, comme je m’occupais déjà de la comptabilité, des salaires et de la gestion des employés, cela n’a pas changé grand-chose de mon côté. Ayant repris légalement la société, mon père, par contre, n’a plus accès aux comptes mais je le tiens toujours au courant des résultats. Il travaille encore quelques heures par semaine. Avec le recul, j’aurais peut-être commencé les démarches plus tôt pour décharger mes parents. Mais comme tout s’est bien passé, c’est un soulagement pour toute la famille. »

L’importance d’un bon accompagnement

« À l’avenir, j’aimerais continuer la bonne gestion de l’entreprise familiale et la progression de notre chiffre d’affaires. Nous avons, par exemple, lancé il y a deux ans un bar à tapas en self-service qui est très populaire. J’aimerais développer d’autres idées de ce genre pour rendre notre offre plus attrayante et continuer à prospérer. Nous venons également de commander l’installation de panneaux photovoltaïques, ce qui devrait alléger la facture d’électricité.

À d’autres entrepreneurs qui souhaiteraient transmettre ou reprendre une entreprise familiale, je conseillerais de bien s’entourer et de faire appel à des professionnels dans le domaine. Dans nos réunions avec la Banque Van Breda, il y avait beaucoup d’aspects que je ne connaissais pas ou de points importants que je n’avais pas considérés. C’est également essentiel que tout soit clair pour toutes les personnes qui gèrent l’entreprise. Nous en avions énormément discuté avec mon père en amont. Ce sont quand même de gros investissements donc il faut être certain de son choix. C’est important de bien se préparer et de bien analyser la situation avant de se lancer. »

Aude-Line Berrahou
Aude-Line Berrahou

Blog

Droits de succession et de donation : nouvelles règles pour les amis et les cohabitants de fait à Bruxelles

Bonne nouvelle pour les résidents bruxellois ! Depuis le 1er janvier 2024, il est possible de favoriser un compagnon, une compagne ou un ami sans passer par la case mariage ou cohabitation légale.

La BCE abaisse ses taux pour la première fois en cinq ans : quelles implications pour vous ?

Une première réduction prudente de 25 points de base est devenue réalité. La BCE a abaissé ses taux juste après la Banque du Canada. Quelle implications pour vous ?

Comment payer en toute sécurité à l’étranger ? 5 conseils pratiques !

De zomervakantie staat voor de deur en u pakt binnenkort weer de valiezen in om even heerlijk te gaan ontspannen. Maar hoe zorgt u dat u vlot en veilig betaalt in het buitenland? Hier onze 5 tips!

Lisez plus d'articles