Entrepreneurs Tout sur : Entrepreneurs ContactOffres d'emploi
Professions libérales Tout sur : Professions libéralesContactOffres d'emploi

Dans la onzième édition du M&A Monitor, le Vlerick Centre for Mergers, Acquisitions and Buyouts résume à nouveau la situation sur le marché belge des M&A. La Banque Van Breda, en tant que partenaire du Centre, a collaboré à cette étude, tout comme les autres partenaires BDO, Van Olmen & Wynant et Wallonie Entreprendre.

 

Tendance n°1 : Diminution notable du nombre d’acquisitions

Les taux d’intérêt plus élevés, les défis macroéconomiques et les incertitudes géopolitiques sont à l’origine de cette baisse. Cette tendance ne se limite pas seulement à la Belgique ou à l’Europe. En 2023, cette prudence était ressentie à l’échelle mondiale. La baisse se fait sentir dans tous les segments, mais elle est plus prononcée dans les transactions de grande envergure (supérieures à 50 millions d’euros) et les acquisitions réalisées par des acheteurs financiers, tels que le capital-investissement.

 

Tendance n°2 : 2024 commence de manière prometteuse

En 2024, on s’attend à une stabilisation ou à une légère croissance du marché des M&A. Avec des taux d’intérêt plus bas et des liquidités disponibles, le redressement est principalement attendu dans les segments qui ont été les plus touchés en 2023. Nous observons chez nos clients qu’il y a de nouveau plus d’activité et de nombreuses PME commencent des processus d’acquisition. Cela est prometteur pour l’évolution du nombre de transactions à partir de mi-2024.

 

 

Tendance n°3 : Valeur des transactions stable pour les transactions inférieures à 5 millions d’euros

Le multiple (valeur d’entreprise/EBITDA) dans ce segment des PME reste stable à 5.2. La fixation des prix est robuste, car stable depuis 4 ans malgré le nombre de transactions croissant ou décroissant. Pour les transactions de plus de 5 millions d’euros, le volume décroissant a toutefois un impact négatif sur le multiple. Ainsi, le multiple global a diminué, passant de 6.7 en 2022 à 6.4 en 2023. L’époque où l’adage « the sky is the limit » prévalait est donc révolue. Tant les acheteurs que les vendeurs ont ajusté leurs attentes, mais pour une bonne cible, les multiples restent à niveau.

Picture1-May-21-2024-07-23-38-4289-AM

 

Tendance n°4 : Pas de grands changements dans les évaluations par secteur

Les secteurs à forte intensité de connaissances et les secteurs réglementés et innovants continuent d’afficher les multiples les plus élevés en 2023. Cela concerne la Technologie, la Pharmacie, la Santé et les Télécommunications avec des multiples allant de 11.2 à 7.7. Les secteurs à forte intensité de capital et ceux avec des taux de croissance plus faibles se retrouvent en bas de l’échelle, tels que le Commerce de détail, le Transport & la Logistique et la Construction avec des multiples de 5.2 à 4.8.

 

Tendance n°5 : Le taux de financement reste stable, même avec des taux d’intérêt plus élevés

Le ratio dette financière nette/EBITDA est en moyenne de 3.2, même légèrement supérieur à celui de 2022. Ce ratio s’applique à toutes les tailles de transactions, sauf pour celles de plus de 100 millions d’euros, où le ratio est de 4.0. Le taux d’intérêt plus élevé se traduit donc par moins de transactions et des valeurs de transaction plus basses, mais la dette financière nette par rapport à l’EBITDA ne diminue pas pour autant. Une cible avec un EBITDA récurrent et/ou en croissance trouve toujours le financement d’acquisition souhaité.

 

Tendance n°6 : Augmentation significative du pourcentage de transactions avec vendor loan dans le marché des PME

Dans près de 40 % des transactions, il est question d’un vendor loan et dans un tiers des transactions, le paiement est différé via des earnouts. L’engagement du cédant, y compris dans le financement de la transaction, continue de gagner en importance pour l’acquéreur. Il y a même 10 à 15 % de transactions en plus avec prêt vendeur dans le marché des PME en 2023 par rapport à 2022.

 

Tendance 7 : Le processus de transaction est moins rapide que les années précédentes

Dans trois transactions sur quatre, le processus de transaction dure plus de 6 mois. En 2021, cela était le cas pour deux transactions sur quatre. L’incertitude et la volatilité du marché entraînent des processus de due diligence plus approfondis et des négociations plus longues avant la conclusion de l’accord. Le processus est initié par le vendeur dans 71 % des cas et il y a en moyenne 4 offres initiales par transaction. Ces chiffres restent stables en 2023.

 

Tendance 8 : Les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) ne sont plus optionnels, mais une nécessité

Les critères ESG détermine si une entreprise est prête pour l’avenir dans notre société en évolution. C’est donc l’un des premiers paramètres que les acheteurs évaluent lors de l’examen des cibles potentielles. Plus de 80 % des acheteurs financiers ont désormais inclus des paramètres ESG dans leur politique d’investissement. En 2022, ce chiffre était encore de 40 %. Si une entreprise ne s’occupe pas de l’ESG, les acheteurs potentiels se désengagent avant même de vraiment examiner la cible. Une véritable due diligence ESG n’est pas encore systématiquement intégrée dans la suite du processus de transaction. Seulement 19 % des transactions en font état.

 

Tendance 9 : L’analyse des données et l’IA sont surtout utilisées par les acheteurs, moins par les vendeurs

Les données et l’IA peuvent aider à obtenir des insights, à élaborer des stratégies et à prendre des décisions. Des informations plus nombreuses et plus objectives sont disponibles pour les acheteurs, tant pour leur politique d’investissement stratégique que pour l’évaluation des cibles potentielles. Cela leur confère également un avantage en termes d’efficacité. Chez les vendeurs, ces outils sont utilisés dans une moindre mesure. L’accès à des données suffisantes et de qualité reste un défi, de même que trouver les profils adéquats pour exploiter ces données afin d’obtenir les bons insights.

 

Conclusion

En 2023, il y a eu une baisse notable du nombre de transactions, les prix étaient sous pression et le processus était plus laborieux. Dans le segment des PME, cependant, la fixation des prix reste robuste, car les multiples sont stables. Davantage de processus d’acquisition sont lancés, donc nous prévoyons une augmentation du nombre de transactions dans la seconde moitié de 2024.

 

 

Envisagez-vous également une continuité ou une reprise pour votre entreprise ?

Faites-vous accompagner par les experts de Van Breda Advisory, spécialisés dans la succession et les acquisitions.

 

 

Mieke Van Hoydonck
Mieke Van Hoydonck
Responsable Van Breda Advisory

Blog

Droits de succession et de donation : nouvelles règles pour les amis et les cohabitants de fait à Bruxelles

Bonne nouvelle pour les résidents bruxellois ! Depuis le 1er janvier 2024, il est possible de favoriser un compagnon, une compagne ou un ami sans passer par la case mariage ou cohabitation légale.

La BCE abaisse ses taux pour la première fois en cinq ans : quelles implications pour vous ?

Une première réduction prudente de 25 points de base est devenue réalité. La BCE a abaissé ses taux juste après la Banque du Canada. Quelle implications pour vous ?

Comment payer en toute sécurité à l’étranger ? 5 conseils pratiques !

De zomervakantie staat voor de deur en u pakt binnenkort weer de valiezen in om even heerlijk te gaan ontspannen. Maar hoe zorgt u dat u vlot en veilig betaalt in het buitenland? Hier onze 5 tips!

Lisez plus d'articles