En quoi consistait exactement votre travail à l’Agence européenne pour l’environnement ?

Hans Bruyninckx : « Lorsque j’ai commencé à travailler à l’Agence, l’organisation travaillait de manière fragmentée sur l’eau, l’air, les déchets, l’environnement et le climat. Il y avait un grand besoin de relier ces thèmes. J’ai travaillé sur la dynamique interne et j’ai fini par former un groupe de 280 personnes qui travaillent aujourd’hui en étroite collaboration sur des projets plus vastes tels que le système de mobilité, le système énergétique, le système alimentaire, le renouvellement industriel, l’innovation et la transition. Relier les points, en quelque sorte.

À l’extérieur, j’ai représenté l’agence au sein des institutions européennes. Mon travail consistait à partager nos connaissances avec nos décideurs politiques de la meilleure façon possible. Les scientifiques avec lesquels nous travaillons communiquent en ppm, en microgrammes et au moyen de graphiques complexes. Les décideurs politiques ne pensent pas comme cela. Notre rôle est de traduire ces informations et d’être présents là où il est important d’être présents. »

Vous avez été nommé politologue il y a dix ans, sans aucune formation en biologie. Un choix étrange ?

Hans Bruyninckx : « J’ai effectivement étudié les sciences politiques, mais dès le début, avec un accent sur l’application pratique des politiques publiques. J’ai également étudié l’économie du développement et une année supplémentaire de sciences de l’environnement. »

La combinaison parfaite, je suppose ?

Hans Bruyninckx : « Tout à fait. Je ne suis pas un spécialiste des sciences naturelles. Mais en fin de compte, le changement climatique n’est pas un problème de physique, mais un problème de société. J’ai insisté sur ce point dès le début de mon mandat à l’Agence. Nous devons intégrer nos connaissances dans les débats sociaux et économiques. C’est là que se trouve la solution ultime. »

L’Agence européenne pour l’environnement est également très impliquée dans le Pacte vert pour l’Europe. De quelle manière ?

Hans Bruyninckx : « Le travail de l’Agence européenne pour l’environnement constitue la base de connaissances du Pacte vert pour l’Europe. Le Pacte vert pour l’Europe a été présenté comme le projet politique de la Commission européenne sous la présidence de Mme Von der Leyen. Cela s’est produit une semaine après la publication de notre rapport principal. Dans ce rapport, nous mettions l’accent sur la nécessité de repenser complètement notre économie et de s’engager dans des transitions durables dans le contexte du changement environnemental et climatique. Pendant deux ans, nous avons travaillé en étroite collaboration avec le groupe de travail de la Commission européenne chargé du Pacte vert pour l’Europe. Les deux aspects sont étroitement liés. Notre impact a sans aucun doute été significatif. »

En quoi consiste exactement le Pacte vert pour l’Europe ?

Hans Bruyninckx : « Avant l’existence du Pacte vert pour l’Europe, les questions environnementales et climatiques n’étaient pas en tête de liste des priorités de nos dirigeants politiques et décideurs. Elles étaient reléguées au second plan. Il fallait d’abord régler tous les autres problèmes (assurer une croissance suffisante, des emplois et des investissements), et seulement ensuite la politique environnementale et climatique pouvait être prise en compte.

Le Pacte vert pour l’Europe a ouvert les yeux de la société en lui faisant prendre conscience que nous sommes confrontés à des défis sans précédent : le changement climatique, la perte de biodiversité, notre utilisation des ressources, notre santé, notre bien-être… Grâce au Pacte vert pour l’Europe, ces questions ont enfin été placées au centre de l’attention. Ce “Green Deal” est la réponse la plus intégrée, ambitieuse et fondée sur la science à ces défis.

On peut parler d’un changement de paradigme, d’une vision différente du monde. Chaque gouvernement européen présente désormais un plan axé sur la “la croissance et l’emploi”. Ces programmes économiques et d’investissement sont indispensables, mais dans le contexte du XXIe siècle. Cela signifie que nous devons tenir compte des limites de la planète dans de nombreux domaines. Malheureusement, nous avons déjà dépassé certaines de ces limites et en payons déjà le prix. Le Pacte vert pour l’Europe nous rappelle ces faits et les conséquences possibles si nous tardons à agir ou si nous ne faisons rien.

De plus, le Pacte vert pour l’Europe vise à aborder les problèmes de manière systémique. Nous pouvons identifier trois grands mouvements. Dans les années 70, 80 et 90, nous nous sommes concentrés sur la réduction de la pollution, en particulier la pollution industrielle majeure. Dans une deuxième phase, nous avons cherché à accroître l’efficacité et à optimiser les technologies et les politiques existantes. Aujourd’hui, nous sommes au milieu de la troisième phase : sensibiliser à l’urgence nos principaux secteurs économiques, qui contribuent à notre bien-être et à notre prospérité, et les guider dans cette grande transition. »

Qu’est-ce que cela signifie concrètement pour nos entrepreneurs ?

Hans Bruyninckx : « En tant qu’entrepreneur, il est désormais extrêmement important de faire la différence entre un investissement et un coût. Or, cette transition vers la durabilité est encore trop souvent considérée comme un coût, alors qu’il s’agit d’un investissement dans la compétitivité à long terme de votre entreprise.

En outre, le Pacte vert pour l’Europe donne à nos entrepreneurs plus de visibilité sur la nature exacte des objectifs : zéro émission nette de gaz à effet de serre d’ici 2050, avec un objectif intermédiaire clair en 2030. D’ici là, l’Europe devrait réduire ses émissions de CO2 de 55 % par rapport à 1990.

Le Green Deal représente un ensemble ambitieux de mesures qui mettront l’UE sur la voie d’une société plus juste et plus prospère, dotée d’une économie moderne, économe en ressources et compétitive, où la croissance économique est dissociée de l’utilisation des ressources.

L’existence du Pacte vert pour l’Europe joue également un rôle de plus en plus important pour les entrepreneurs en attirant des talents. La jeune génération, en particulier, se pose des questions cruciales sur les entreprises qu’elle pourrait éventuellement rejoindre. Dans quelle mesure ces entreprises sont-elles impliquées dans le développement durable et la transition énergétique ? Quelle est l’opinion du management à ce sujet ? Cela devient de plus en plus décisif.

Et oui, la transition énergétique est un défi pour de nombreux entrepreneurs. Mais en même temps, nous ne pouvons pas l’éviter si nous voulons que notre économie survive. C’est pourquoi les “emplois verts” deviennent de plus en plus importants. Bien sûr, des emplois et des secteurs disparaîtront également. Mais cela a toujours été le cas à travers le temps. Dans la rue des Charrons à Anvers, vous ne trouverez plus non plus de charrons. Mais il y a encore beaucoup d’emplois dans le secteur de la mobilité. Les entreprises et les secteurs disposés à s’adapter seront également ceux qui fourniront les emplois de l’avenir. »

Mais je peux m’imaginer que cette transition puisse doit être perçue comme une épée de Damoclès par de nombreuses entreprises…

Hans Bruyninckx : « C’est certainement possible. Un réflexe conservateur qui n’est pas toujours basé sur les bonnes connaissances est parfois à l’origine de cette situation.

Je pense qu’il est maintenant particulièrement important que l’Union européenne soit attentive au fait qu’un gouvernement, dans ce processus de transition, doit faciliter et encourager, et pas seulement réglementer. J’ai vécu en Scandinavie pendant 10 ans. Là-bas, les gouvernements sont beaucoup plus investis et facilitateurs, ils essaient surtout de simplifier les choses, mais avec une aiguille très claire sur la boussole. Nous savons par expérience que notre gouvernement n’est pas toujours le plus efficace. Selon l’endroit où vous investissez, vous devez également faire face à cette complexité institutionnelle supplémentaire. Nous nous trouvons dans un pays particulièrement fragmenté. En tant que gouvernement, il convient de veiller à ce que les procédures et les obstacles que vous devez franchir en tant qu’entrepreneur soient aussi efficaces que possible.

Beaucoup de connaissances et de technologies sont développées en Europe. Nous sommes au sommet absolu, y compris en Flandre. Je le dis avec beaucoup de conviction. Mais le chemin qui mène de l’invention et du dépôt de brevet aux applications réelles est trop complexe et trop long. Ça ressemble parfois à une traversée du désert. Le rôle du gouvernement doit être de veiller à ce que les investissements puissent faire leurs preuves plus rapidement. C’est essentiel si nous voulons rivaliser avec les États-Unis et la Chine. »

Tous les secteurs sont tôt ou tard confrontés à la transition énergétique. Mais pour quels secteurs s’agit-il d’un défi supplémentaire ? Certains secteurs sont-ils plus vulnérables que d’autres ?

Hans Bruyninckx : « Tout à fait. Le secteur chimique, par exemple, est confronté à un très grand défi. On parle souvent de pétrochimie. Comment décarboniser ce secteur ? En consacrant davantage d’efforts aux produits chimiques d’origine biologique, par exemple. Mais il s’agit d’une conversion énorme.

Notre système alimentaire est également un grand défi. C’est délibérément que je ne parle pas de l’agriculture, car je ferais injure aux agriculteurs si nous nous concentrions uniquement sur eux. En réalité, les agriculteurs commencent à être largement victimes du système alimentaire actuel. Les agriculteurs se retrouvent pris entre l’industrie des intrants agrochimiques et les conglomérats agricoles d’un côté, et les entreprises alimentaires de l’autre. Les agriculteurs deviennent de plus en plus des travailleurs bon marché subventionnés par ces deux parties. Les entreprises alimentaires pressent chaque centime d’euro d’un litre de lait, tandis que l’industrie des intrants agricoles fait en sorte que les agriculteurs ont les mains liées, tout en continuant à supporter les risques financiers des investissements.

Nous avons désespérément besoin d’un changement majeur dans notre système alimentaire, pour notre santé, pour le climat et pour notre environnement. Notre système alimentaire actuel n’est tout simplement pas durable en raison des défis climatiques et de la biodiversité. »

Qu’en est-il de notre biodiversité ? Il ne fait aucun doute que le Pacte vert pour l’Europe a également un impact sur celle-ci, n’est-ce pas ?

Hans Bruyninckx : « La biodiversité en Europe est en déclin. Oui, il y a à nouveau des loups dans nos contrées. Et nous entendons dire que le lynx se propage à nouveau. Et nous voyons à nouveau des castors en Flandre. “Pourquoi notre biodiversité diminue-t-elle ?”, c’est une question qui m’est souvent posée. Eh bien, nous le constatons chez les oiseaux et les insectes qui jouent un rôle crucial dans notre chaîne alimentaire. Il ne s’agit pas d’une seule espèce, mais d’écosystèmes dans lesquels toutes ces espèces sont nécessaires. La pression sur ces écosystèmes est énorme. Notamment en raison du changement climatique qui entraîne une augmentation de la sécheresse. Les zones climatiques se déplacent, les espèces animales se déplacent. Mais elles ne le font pas au même rythme. Notre pyramide alimentaire s’en trouve perturbée.

Si nous restaurons ces écosystèmes, ils constitueront à terme une base beaucoup plus solide pour faire face au changement climatique. Ou pour notre système alimentaire, pour notre santé, pour garder nos villes vivables si d’autres vagues de chaleur surviennent. Et croyez-moi, il y en aura.

Comment avons-nous géré cette situation jusqu’à présent ? Nous avons délimité la nature et introduit des mesures de conservation à l’intérieur de ces limites. Mais entre-temps, nous savons également que la biodiversité européenne ne pourra pas être sauvegardée en restaurant de cette manière seulement 20 % du territoire. Nous devons faire en sorte que la pression exercée sur les cours d’eau, les prairies, les forêts et la nature dans les villes soit réduite. Est-ce facile dans notre pays ? Non. Le désordre urbaniste en Flandre est assez terrible depuis des décennies. La construction est la norme depuis des années. L’asphaltage s’est simplement poursuivi pendant tout ce temps. Même dans les zones inondables. Avec toutes les conséquences que cela comporte. Nous devons nous adapter au changement climatique dans ce domaine également. »

La restauration de la nature est importante. Alors pourquoi y a-t-il tant d’opposition à la désormais célèbre loi sur la restauration de la nature ?

Hans Bruyninckx : « Cette loi n’a pas été correctement expliquée au monde extérieur au départ. Par exemple, cela ne signifie pas que presque plus rien ne peut être fait dans ces zones de restauration de la nature. Il n’est pas non plus dit que tous les pays doivent faire la même chose et qu’il n’y a pas de prise en compte du contexte local. La loi a souvent été complètement mal interprétée.

Il y a bien sûr des considérations politiques en jeu. Mais en appuyant sur le bouton de pause, vous ne résolvez pas les problèmes climatiques. Au contraire ! Les lois de nos systèmes naturels ne sont pas liées à la pensée politique, mais aux aspects physiques, chimiques et biochimiques. Or, ce sont justement ces aspects qui n’évoluent pas dans la bonne direction. Nous changeons trop lentement et trop peu. »

Pourquoi cela ne peut-il pas aller plus vite ?

Hans Bruyninckx : « Il est tout à fait possible d’aller plus vite. Nous disposons en grande partie des solutions nécessaires, et les ressources financières ne manquent pas. Ce qui nous manque, c’est une volonté politique audacieuse, accompagnée d’une vision claire de la manière dont nous pouvons réellement accélérer les choses. Car nous en sommes capables. Nous l’avons déjà démontré lors de crises majeures et urgentes, comme celle de la pandémie de coronavirus ou encore la guerre en Ukraine. Ces événements ont été de véritables électrochocs pour l’Europe. Nous avons la capacité d’accélérer les choses. Accélérer et intensifier, voilà ce que nous devons faire. Malheureusement, nous ne le faisons pas suffisamment, et nous en paierons un lourd prix à long terme. »

Le pessimisme ne nous aide pas à aller de l’avant. La persévérance, bien.

Hans Bruyninckx
Ancien directeur de l’Agence européenne pour l’environnement

Vous faites vos adieux à l’Agence européenne pour l’environnement dans une période extrêmement mouvementée. Qu’est-ce que ça fait ?

Hans Bruyninckx : « Les scientifiques parlent souvent du monde “VUCA” : volatile, uncertain, complex and ambiguous. Tout est constamment en mouvement. Nous vivons dans un monde en mutation dans lequel la nature et le climat joueront un rôle de plus en plus important. Jean Monnet, considéré comme l’un des “pères de l’Europe”, à qui l’on demandait s’il était optimiste ou pessimiste, a répondu : “Je ne suis ni optimiste ni pessimiste. Je suis déterminé.” Le pessimisme ne nous aide pas à aller de l’avant, mais la persévérance, oui.

Je suis également déterminé à jouer mon rôle de fournisseur de connaissances dans des débats importants. Je continuerai à le faire. Je vais également reprendre mes activités d’enseignement à l’université. Ces dernières années, le contact avec les jeunes m’a vraiment manqué. J’ai hâte de renouer avec eux et de pouvoir partager mes connaissances et mon expérience.

Je reste également actif au sein des Nations Unies en tant que membre du Panel international sur les ressources. Je suis le principal auteur du prochain rapport mondial sur la durabilité et les ressources, dont la publication est prévue en 2024.

Sur le plan personnel, je m’engage également. Depuis deux mois, je suis président de Special Olympics Belgium. L’intégration par le sport est d’une grande importance pour les personnes handicapées mentales. J’ai moi-même deux enfants atteints de déficience intellectuelle. Ils participent actuellement aux Jeux mondiaux de Berlin. Je veux contribuer à leur donner la place qu’ils méritent dans notre société et je souhaite raconter cette histoire de la manière la plus convaincante possible dans les mois à venir. Une histoire positive. Je pense que nous en avons besoin.

C’est une question de valeurs. C’est le fil conducteur de ma vie. Sommes-nous prêts en tant que société à faire ce qui est juste ? To do the right thing, not only to do the things right. »

Aude-Line Berrahou
Aude-Line Berrahou

Blog

Mon entreprise a été piratée. Que se passe-t-il ?

À quel point dépendons-nous de l’informatique ? La cybersécurité est également un sujet brûlant. Bavo Van den Heuvel nous offre des conseils supplémentaires pour renforcer notre sécurité !

L’importance des paiements anticipés pour l’exercice fiscal 2024

Votre société n’est pas obligée d’effectuer des paiements anticipés. Toutefois, si votre société ne procède pas à des paiements anticipés ou si ces derniers sont insuffisants, vous risquez une majoration d’impôt. Comment éviter cette majoration ?

Un monde, mille femmes

En cette Journée internationale des femmes, la Banque Van Breda célèbre les entrepreneures et les professions libérales féminines. Mais que signifie réellement cette journée pour elles ? Entretiens.

Lisez plus d'articles