Entrepreneurs Tout sur : EntrepreneursContactOffres d'emploi
Professions libérales Tout sur : Professions libéralesContactOffres d'emploi

« Il ne faut pas hésiter à lancer sa société le plus tôt possible et à se faire conseiller par les bonnes personnes. »

Christophe Wanty
  • Administrateur-délégué du groupe Wanty
  • Marié, trois enfants (15, 11 et 9 ans)
  • Habite à Estinnes
  • Client de la Banque Van Breda depuis 2020

Christophe Wanty : « Après des études d’ingénieur de gestion à l’IAG de Louvain-la-Neuve, j’ai directement intégré le groupe Wanty. Initialement, il était prévu que je passe quelques années ailleurs avant d’intégrer le groupe mais notre entreprise se développait et un renfort administratif était nécessaire à ce moment-là. C’est pourquoi j’ai intégré le groupe familial à la sortie de mes études.

J’ai commencé ma carrière au département comptabilité et finance, avant de mettre en place le service de contrôle de gestion. Progressivement, j’ai repris l’aspect gestion et direction du groupe. Aujourd’hui, nous sommes deux actionnaires et coadministrateurs-délégués. C’est un groupe qui emploie 1.500 personnes dans le secteur de la construction pour un chiffre d’affaire annuel de 250 millions d’euros.

Une culture d’entreprise forte

Ce qui me motive au quotidien, c’est la fierté du nom que je porte et la pérennité de ce beau projet. Lorsque j’ai rejoint l’entreprise, nous n’étions que 250 personnes. De plus, nous favorisons l’emploi local dans toutes nos divisions, que ce soit en Flandre, dans le Hainaut, à Liège ou même Paris. Nous faisons très peu appel à des sous-traitants ou à de la main d’œuvre étrangère. C’est très gratifiant d’avoir créé de la richesse dans notre région et des emplois locaux.

Avec la crise du coronavirus, notre culture d’entreprise a été plus impactée que nos activités. La majorité de notre personnel travaille sur chantier à l’extérieur, ce qui fait que nous avons quand même pu garder la plupart de nos projets, même pendant le premier confinement de 2020. Nous avons mis en place le télétravail pour nos employés. Toutefois, nous préférons nous rencontrer en présentiel et être proche de notre personnel. Ce qui fait notre force, c’est d’avoir réussi à garder une culture d’entreprise familiale malgré la croissance.

Depuis un an, nous avons dû mettre en pause toutes les occasions de nous réunir, que ce soient les fêtes de départ à la retraite ou notre fête annuelle de la Sainte-Barbe. C’est ce qui nous manque le plus depuis le début de la pandémie car notre force se trouve aussi dans notre culture d’entreprise, notre sentiment d’appartenance. Le personnel se sent motivé, il n’a pas l’impression d’être un numéro : il travaille pour un patron qu’il connaît et il se sent bien chez nous. Grâce à cela, nous avons un turnover très faible.

J’assiste à de nombreuses réunions internes chaque semaine. Je discute avec chaque responsable de service, des pôles opérationnels et des différentes filiales du groupe. Jusqu’à présent, l’organisation du groupe dépendait fortement de ses deux actionnaires et administrateurs-délégués. Depuis quelques années, nous avons cherché à mettre en place une structure pour que l’entreprise continue à tourner même si nous ne sommes plus là demain. Je suis encore jeune mais j’aimerais développer d’autres projets à partir de mes 50 ans. Je souhaitais donc prendre un peu de recul par rapport à la gestion opérationnelle de l’entreprise, tout en restant actionnaire. C’est un de mes objectifs pour le futur.

La société comme source de revenus

Jusqu’à il y a un an, j’étais rémunéré comme indépendant avec un salaire fixe. Or, au fil des années, je voyais de plus en plus de membres de direction ou de responsables du groupe Wanty mettre en place des sociétés de management pour optimiser leur rémunération. Cela leur permettait de gagner plus en net pour un même salaire. Mais je n’ai jamais pensé à le faire de mon côté jusqu’à ce que mon directeur financier ne m’y encourage.

Ma société a donc été créée il y a un an pendant le premier confinement. J’ai contacté la Banque Van Breda, que je connaissais déjà grâce à leur sponsoring de l’équipe cycliste Intermarché-Wanty-Gobert. Vu que c’est leur spécialité, je leur ai demandé d’analyser ma situation et de me faire une proposition pour optimiser ma rémunération si je crée ma société de management. C’est ce qui m’a été présenté de manière très professionnelle.

J’ai donc suivi les conseils de mon account manager et de l’équipe Advisory pour mettre en place cette société qui est maintenant devenue mon outil d’investissement pour les projets en dehors du groupe Wanty. Concrètement, nous avons mis en place un plan de pension (l’Engagement Individuel de Pension) et un plan d’options sur actions, ce que personne ne faisait jusqu’à présent mais qui est très intéressant. Cela m’a permis de diminuer concrètement la taxation et d’augmenter ma rémunération nette pour un même coût.

Conseil pour optimiser sa rémunération

Si vous souhaitez étoffer votre patrimoine privé grâce à votre société, n’hésitez pas à vous faire conseiller. En tant que dirigeant, nous avons tendance à penser en priorité à l’entreprise au détriment peut-être de notre propre rémunération. Pendant des années, lorsque j’ai souhaité optimiser fiscalement ma société ou faire des rachats par exemple, je me suis fait conseiller. Mais je ne l’ai jamais fait à titre personnel. C’est mon directeur financier qui me l’a signalé. Il ne comprenait pas pourquoi je n’avais pas agi plus tôt. J’ai travaillé pendant 20 ans sans société de management. Si je l’avais créée plus tôt et optimisé ma rémunération, j’aurais probablement plus d’argent à titre privé aujourd’hui. Il ne faut pas hésiter à se lancer le plus tôt possible et se faire conseiller par les bonnes personnes. »

Envie d’optimiser votre revenu global ?

Peut-être pourriez-vous, comme Christophe Wanty, vérifier comment développer votre patrimoine privé grâce à votre société. Faites-vous conseiller par des experts et découvrez leurs conseils personnalisés.
Aude-Line Berrahou
Aude-Line Berrahou

Blog

« Pour innover, il faut être à la fois curieux et persévérant »

On parle avec Arthur Deleval, Cofondateur et administrateur délégué de E2 Drives S.A.

Le moment idéal pour s’engager sur les marchés boursiers ?

Les marchés financiers restent agités. L’incertitude sur le plan géopolitique, les taux d’intérêt, l’inflation et les prévisions de croissance provoqueront sans aucun doute quelques mois d’agitation sur les marchés boursiers. Alors, quel est le meilleur moment pour entrer en bourse ?

La planification successorale des sociétés de médecin se simplifie

La majorité des médecins exercent leur activité professionnelle en société. Souvent, les actions de cette société peuvent-elles jouer un rôle dans la planification successorale tant que le médecin est encore actif ?

Lisez plus d'articles